Catégories
Finance et religion

Qu'est-ce que Riba (intérêt) pour l'Islam? | Série de définitions de la finance islamique

Riba est un mot arabe signifiant «augmenter» ou «dépasser».

Riba est généralement traduit par «intérêt» ou «usure» en anglais et est une charge pour l’utilisation de l’argent d’un tiers. Cela inclut également des échanges inégaux.

Un exemple de cela serait de prendre un prêt auprès de quelqu'un qui s'attend à ce qu'il soit remboursé en plus de 5% par mois sur tout ce qui n'a pas été payé à la fin de chaque mois.

Ainsi, par exemple, vous prêtez 100 £ pour un mois. À la fin de cela, vous rembourseriez 105 £.

Que dit l'islam riba?

Le dernier verset du Coran à être révélé était le verset sur riba (Bukhari). Le Coran et le Prophète (que la paix soit sur lui) étaient très clairement contre riba:

  • «… Allah a permis le commerce et a interdit riba… »(2: 275)
  • «Vous qui croyez, méfiez-vous de Dieu: renoncez à toute redevance riba, si vous êtes de vrais croyants. Si vous ne le faites pas, soyez averti de la guerre de Dieu et de son messager. (2: 278-279)
  • «Vous qui croyez, ne consommez pas riba, doublé et redoublé. Soyez conscient de Dieu afin que vous puissiez prospérer. » (3: 130)
  • «Tout ce que vous prêtez par usure pour gagner de la valeur grâce à la richesse d’autrui n’augmentera pas aux yeux de Dieu, mais tout ce que vous donnez en charité, dans votre désir de l’approbation de Dieu, vous rapportera de multiples récompenses.» (30:39)
  • Le Prophète (que la paix soit sur lui) maudit celui qui prit ou donna riba (Bukhari).

Pourquoi est-ce riba interdit?

En bref, le riba est un arrangement d'exploitation qui maintient les pauvres dans des conditions financières précaires, car les pauvres sont aux prises avec des dettes toujours croissantes tandis que les riches augmentent leur richesse sans créer de valeur supplémentaire.

Les riches gagnent de l’argent avec leur argent et les pauvres paient pour utiliser l’argent qu’ils n’ont pas, ce qui cimente le fossé entre les riches et les pauvres.

Ce n’est pas seulement l’islam qui voit riba comme une chose négative. Le point de vue classique du philosophe grec Aristote contre l’intérêt a été exprimé quand il a déclaré: «Le type le plus détesté (d’obtenir de la richesse) et avec la plus grande raison est l’usure, qui tire un gain de l’argent lui-même et non de l’objet naturel de celui-ci. Car l'argent était destiné à être utilisé en échange mais pas à augmenter avec intérêt… Par conséquent, de tous les modes de richesse, c'est le plus artificiel.

Nous avons précédemment écrit une série en deux parties sur les raisons plus académiques et ésotériques pour lesquelles riba est haram ici et ici.

Riba et les temps modernes

L'intérêt est au cœur du système bancaire moderne. C'est une raison importante de la réticence des musulmans à s'engager pleinement dans le secteur financier.

Le Prophète a dit: «Il viendra un temps où il ne restera plus personne qui ne consomme pas riba, et quiconque n'en consomme pas sera néanmoins affecté par des résidus. (An-Nasa’i)

Aujourd'hui, IslamicFinanceGuru cherche à ramener les musulmans sur un pied d'égalité en permettant aux musulmans de prendre des décisions financières efficaces et halal sans avoir à tomber dans le riba.

Consultez nos ressources sur les hypothèques islamiques et les investissements halal et, si vous avez des questions, nous avons un forum dédié surveillé par les muftis de la finance islamique.

Cette définition fait partie de la série de définitions de la finance islamique.

Lectures complémentaires:

Politics by Aristotle – Book I

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *